Le logement social en danger !

Plan logement du gouvernement, tous perdants !

Le gouvernement a annoncé une baisse de l’APL de 5 euros par mois au 1er octobre 2017 puis de 60 euros au 1er janvier 2018. Soit au total une baisse moyenne de 65 euros dès janvier et par mois. Cette baisse ne fera rien gagner aux locataires mais leur fera perdre beaucoup ! En effet, pour l’OPH, c’est chaque année 3,7 millions d’euros de ressources en moins au minimum, c’est-à-dire autant de travaux qui ne pourront être faits et ce, dès l’an prochain. Ces 3,7 millions d’euros par an, qui auraient dû améliorer le cadre de vie des locataires, vont en fait servir à éponger le déficit de l’Etat. Ce sont donc les locataires des HLM qui vont payer pour réduire un déficit par ailleurs creusé par les 3 milliards d’euros de diminution de l’impôt de solidarité sur les grandes fortunes. C’est une solidarité à l’envers en quelque sorte ! Au niveau local aussi, les petites et moyennes entreprises qui interviennent au service des locataires n’y résisteront pas. Pour les PME de Gennevilliers, 3,7 millions d’euros de ressources en moins par an, c’est la suppression, chaque année, de 12 postes de peintres, de 15 postes de maçons, plombiers, carreleurs, de 6 postes d’encadrants et d’administratifs, de 9 serruriers. Autre exemple : 3,7 millions d’euros de ressources en moins par an, ce sont également 105 logements non réhabilités par an ou la production de 32 logements neufs qui ne pourra pas être assurée.

Les représentants CNL des locataires, le conseil d’administration, le conseil municipal et la direction de l’OPH ont décidé de se mobiliser contre cette mesure. L’Office appelle également tous ses partenaires à en faire autant notamment dans le secteur du bâtiment qui va perdre de nombreuses commandes et donc des emplois.

Un collectif d’associations, dont les associations de locataires font partie, a lancé une campagne d’information « vive l’APL » et appelle à la signature d’une pétition en ligne sur www.vivelapl.org